Les Chevaliers d'Émeraude

Les Chevaliers d'Émeraude, troisième génération
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une exposition inoubliable (reprise)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Greta

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Une exposition inoubliable (reprise)   Sam 16 Avr - 16:49

Ce moment dans ses bras me sembla si long... Je ne savais pas comment réagir. Je restais contre lui, retenant mon souffle, attendant qu'il réagisse le premier. Je ne savais pas si je croyais à la signification des âmes soeurs, mais une chose était sûre; ils existaient. Je n'en avais jamais vraiment douté, mais jamais je n'aurais cru rencontré le mien. Encore moins d'une telle façon. Mais je restais calme. Du moins, aussi calme qu'une princesse dans un tel embarras pouvait être. Cependant, calme comme je l'étais, je ne réagissais tout simplement pas. Je me contentais d'attendre. Attendre qu'il aie le courage de me décoller de son torse. Car oui, il fallait du courage pour exécuter un tel acte. Il fallait se mettre dans sa peau. Un elfe qui rencontrait son âme soeur qui n'était pas de la même race que lui était quelque chose de tout de même perturbant. Je ne savais pas beaucoup de choses sur les êtres sylvestres, mais je savais tout de même qu'ils n'avaient pas une grande capacité d'émotion. Pourtant, la connexion magique qui se produisait avec cet elfe me tentait vers le contraire.


Il se décida enfin à me relever complètement, avant de prendre quelques distances. Il était courtois, ça me plaisait bien, il fallait le dire. J'arrangeai rapidement les plis de ma robe, afin d'être convenable, puis je lui offris mon plus beau sourire. Pour la première fois depuis qu'il avait mis les pieds dans cette pièce, je le regardais avec l'attention qu'il méritait. 


Vous êtes toute pardonnée, Altesse, me dit-il en plongeant ses yeux dans les miens.


Je lui fis un léger signe de tête en guise de remerciement. J'avais appris les usages de la cour, même s'ils ne me servaient pas souvent. Puisque la majorité du temps j'étais cachée, je n'avais pas à bien me tenir. Malgré tout, je retenais chacun des enseignements de ma mère, pour ce genre de situation. Je sentais le flux magique qui circulait entre nous, comme s'il souhaitait entretenir cette connexion pour toujours.


- Mon nom est Bandon, s'introduit-il alors. Je suis le fils bâtard du roi des Elfes...


J'avais senti l'hésitation dans sa dernière phrase. Au moins, il était franc. Cependant, son rang ne m'importait peu. Il aurait été un sans-abri qu'il aurait eu la même valeur à mes yeux. Je ne savais pas quoi répondre. En bonne princesse, il aurait fallu que je me présente à mon tour, mais j'en étais incapable. De toute façon, il savait déjà qui j'étais. La preuve était qu'il avait parcouru tout ce chemin simplement pour venir me rencontrer dans mon atelier et acheter mon art. 


- Je sais que vous avez vu cette lumière qui vous entoure. Si je la voix autour de vous... Vous devez la voir autour de moi.


Il avait espoir. Espoir que je le vois exactement comme il me voyait moi. En même temps, il avait peur. Peur que je ne vois pas cette lumière autour de lui. Afin de mieux le comprendre, je suivis ses pensées. Elles déferlaient à une vitesse effarante dans son esprit. Elles étaient quelque peu mélangées, mais j'étais tout de même capable de les suivre. Il ne comprenait même pas ce qui lui arrivait en ce moment, ce qui était tout à fait normal. La connexion avec une elfe et la connexion avec une humaine étaient deux choses totalement différentes. 


- Je... Je ne sais quoi dire, lâcha-t-il alors.


Je lui offris un sourire rassurant. Je parlais si peu que lorsque je ne savais pas quoi dire, je ne le disais pas. Mais je pouvais comprendre sa nervosité. À ma grande déception, il délaissa mon regard afin de le promener dans la pièce. Je détestais lorsque les gens entraient ainsi dans mon intimité. Mais je ne dis rien. Je voulais m'offrir complètement à lui, aussi étrange cela pouvait sonner. Car oui, c'était un pur inconnu, mais je sentais que je pouvais lui faire entièrement confiance. 


- Vous avez un talent magnifique, se reprit-il alors. Vous faites paraître les artistes elfiques comme des amateurs.


Je gloussai quelque peu, évidemment flattée par sa remarque. Il savait comment parler aux gens, mais il ne savait pas comment parler aux femmes. Ça ne me dérangeait aucunement. En fait, j'appréciais. Ça me sortait quelque peu de mon environnement de la cour. Les fausses paroles et les fausses politesses, ce n'était pas du tout moi. Je ne comprenais tout simplement pas pourquoi ma mère me laissait aller à tous ces bals et cérémonies. Je savais bien que c'était important pour elle, mais elle était également au courant que ce n'était pas ma tasse de thé. Mais bon. Comme elle était tout ce que j'avais, je faisais tout en mon pouvoir pour lui faire plaisir, même être quelqu'un d'autre que moi-même. Cependant, avec cet Elfe, j'avais l'impression que tout pouvait changer. Je ne pouvais pas quitter Rubis, car je devais être aux côtés de mon frère, mais rien n'empêchait mon âme soeur de venir me rejoindre ici. Non, je ne le connaissais pas, mais cela ne me faisait pas peur. Je faisais confiance aux dieux.


Oui, je vois cette lumière, entamais-je alors d'une douce voix. Tout comme vous. 


Je lui souris avec bonté, ne sachant pas quoi ajouter. Sans doute la lumière nous montrait le chemin vers l'autre, mais il ne nous obligeait pas à nous aimer. Et s'il me trouvait trop passive, calme, délicate? Jamais aucun homme ne s'était intéressé à moi, si ce n'était que pour la finesse de mon corps et la beauté de mon visage. Ce n'était pas de la vantardise, c'étaient de simples faits. Je me raclai doucement la gorge, incertaine de son silence. Je n'osais plus pénétrer ses pensées, sachant très bien que c'était une violation de son intimité.


Vous êtes le bienvenue à Rubis, dis-je alors de manière beaucoup plus solennelle. Il y a certains problèmes de gestion en ce moment, et l'aide de d'autres dirigeants beaucoup plus pacifiques nous serait précieuse. 


Je fis une légère révérence, réalisant que je ne portais pas du tout des vêtements convenables pour une telle rencontre. Je n'étais jamais bien vêtue lorsque j'étais dans mon atelier, puisque je n'avais habituellement aucune visite, excepté ma mère ou mon frère. 


- Je vous ferai préparer une chambre, ajoutais-je rapidement.


J'aurais bien aimé lui proposer la mienne, mais je savais que c'était plutôt déplacé. Je m'abstins donc, restant accroupie dans ma révérence en signe de respect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bandon

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Jeu 21 Avr - 12:48

La belle poussa un petit gloussement, elle semblait flattée par mon compliment. Mon coeur allait briser ma poitrine, tant il battait avec force. Son aura m'aveuglait, je voulais la prendre contre moi et l'embrasser avec passion et ne plus jamais la quitter. La douceur de son regard me faisait presque frissonner. 


- Oui je vois cette lumière, fit sa voix douce comme la soie. Tout comme vous



Greta eut un doux sourire. En plus de la beauté de son corps et de son visage, son âme et sa gentillesse était ce qui faisait soudainement battre mon coeur. Le souvenir d'elle contre moi, il ya de cela quelques minutes, me fit frissonner de plaisir. 


- Vous êtes le bienvenue à Rubis, dit-elle. Il y a certains problèmes de gestion en ce moment, et l'aide d'autres dirigeants beaucoup plus pacifiques nous serait précieuse


La belle princesse me fit une petite révérence, avant de réaliser qu'elle ne portait pas les vêtements requis pour une rencontre comme celle-ci. Pourtant, je m'en fichais de ce qu'elle pouvait porter. Je voulais simplement continuer de la regarder peindre et l'entendre me parler. 


- Je vous ferai préparer une chambre, ajouta-t-elle rapidement. 


Elle restait penchée en révérence devant moi. Je m'approchai d'elle, pris ses petites mains dans les miennes et la relevai délicatement. Nous étions, maintenant, trop proches l'un de l'autre. J'eus un petit sourire, avant de rougir un peu. Je reculai de quelques pas, retrouvant une distance respectueuse avec la princesse Greta. Je fis une courte révérence.





- Merci beaucoup, Altesse, me forçais-je à l'appeler. 


J'attendis alors qu'elle me demande de sortir. Je ne voulais pas lui tourner le dos de mon plein gré. Je levai un regard interrogateur vers elle. 





- Pourriez-vous me guider jusqu'à ma chambre? J'ai peur de ne pas être familier avec les habitations humaines, dis-je avec un petit sourire gêné.


Je repassai une main nerveuse dans mes cheveux, un peu apeuré de l'avoir vexé par ma demande. Mon esprit s'ouvrit de lui-même, comme s'il l'invitait à s'y aventurer.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greta

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Mar 21 Juin - 13:53

Jamais je n'assistais aux événements de la cour, et bien souvent mon absence n'était pas remarquée. Bien sûr, je savais comment me comporter en présence d'êtres royaux, mais aujourd'hui, tout semblait m'échapper. En effet, je ne savais même plus à quel moment je devais me relever. Le devais-je? Devais-je attendre qu'il m'y autorise? Pourtant, nous étions dans la demeure de ma famille. C'était donc à moi de prendre le contrôle et à lui de faire la révérence en guise de remerciement pour mon hospitalité. Cependant, étant la personne que j'étais, j'aimais beaucoup mieux qu'on me dise quoi faire. Et ainsi accroupie, je ne me sentais pas du tout supérieure, ce que je n'étais pas, d'ailleurs. Je comprenais qu'il fallait quelqu'un afin de gouverner le royaume, mais je n'avais jamais compris pourquoi ces personnes étaient beaucoup plus riches alors que certains paysans mourraient de faim afin de donner le peu de nourriture qu'ils avaient à leurs enfants. Et parfois, c'était pire... Ils mangeaient avant de nourrir leurs propres enfants, la chair de leur chair. Ma mère avait sans doute toujours vécu dans le luxe, mais elle n'hésiterait jamais à se sacrifier pour le bien de sa progéniture. 


Soudain, je sentis deux mains se saisir des miennes, afin de m'aider à me remettre sur pieds. Je fus surprise du geste, et lorsque je me relevai, je fus encore plus surprise de voir le prince elfique. Je m'attendais à voir un membre de ma famille qui commençait à trouver que j'avais l'air totalement ridicule dans une telle position. Mais ce n'était pas le cas. Il n'y avait que Bandon et moi dans cette pièce, ma pièce, mon antre, mon atelier. Rares étaient ceux qui y restaient aussi longtemps. Je détestais que l'on observe mes oeuvres. 


La proximité du prince me mit rapidement mal à l'aise. J'eus une soudaine image de la princesse Annielle et de sa dignité absolue. Dans ma situation, elle aurait depuis longtemps renvoyé l'homme chez eux, sachant très bien qu'elle ne serait pas reine dans le royaume des Elfes. Elle avait été mon amie dans sa jeunesse, mais son attitude actuelle me dédaignait de lui parler. Pourtant, j'avais espoir qu'elle redevienne la personne qu'elle était avant. Elle n'avait pas été toujours autant fixée sur l'apparence et le paraître. Sans doute son mariage avec le prince Cormac l'aiderait.


Bandon recula alors de quelques pas, afin de garder une distance respectueuse entre nous. Je ne pus m'empêcher de sourire devant son attitude respectueuse. Ce n'était pas mon frère qui allait agir de la sorte envers une femme. Aucun de mes frères, en fait. Je n'étais pas le mouton noir de ma famille pour rien. 


- Merci beaucoup, Altesse, me dit-il avec toutes les politesses du continent. 


Je fis un léger signe de tête. Il ne devait y avoir aucune chambre de prête en ce moment, étant donné l'allure du château et de ses habitants pour le moment. Je n'étais toujours pas intervenue, ne souhaitant pas me mettre entre mon frère aîné et ma mère. Rubis avait besoin d'un dirigeant, d'un vrai, et Filipp n'était pas du tout prêt à ça. Il ne le serait jamais. Il avait été formé pour régner, mais il n'était pas fait pour. Je verrais l'un de mes deux autres frères sur le trône, mais cela était impossible, sauf si Filipp renonçait au sien. Cela n'arriverait jamais, bien entendu, puisqu'il voulait régner. Il voulait rendre notre père fier du haut des grandes plaines de lumière. Ce n'était pas en ce moment que ça se produisait...


- Pourriez-vous me guider jusqu'à ma chambre? demanda soudainement Bandon, me sortant de mes pensées. J'ai peur de ne pas être familier avec les habitations humaines. 


Je me contentais de le fixer, alors que ses gestes semblaient nerveux. Je ne savais pas quoi dire, ni comment réagir. Techniquement, ce n'était pas du tout à moi à l'accompagner à sa chambre. Je n'étais qu'une petite princesse sans réel avenir dans ce château. C'était les serviteurs du roi ou le roi lui-même qui se devait de s'occuper de cette tâche. Je décidai tout de même d'acquiescer à sa demande. Après tout, Filipp avait la tête bien ailleurs que de s'assurer que le protocole était respecté. 


- Suivez-moi Altesse, murmurais-je d'un ton délicat.


Je lui souris, avant de prendre les devants. Je quittai mon atelier, avant de déambuler dans les corridors de ma demeure. Un vrai labyrinthe, pour quelqu'un qui n'en connaissait pas les moindres racoins. Il fallait y vivre pour se retrouver. Et ce n'était pas du tout exagéré. J'arrivai alors à l'étage royal. Je passai ma chambre, celle de mon frère, de ma mère, et de toute ma famille, afin de me rendre aux chambres d'invité. J'ouvris une porte, surprise d'en voir le désordre. Je poussai un profond soupir. Plusieurs servantes avaient quitté leur emploi, car elles ne recevaient plus aucun salaire. Tout était donc dans un état quelque peu honteux. 


- Je vais faire quérir des serviteurs, afin qu'ils la mettent en ordre, dis-je soudainement.


Je lui offris un léger sourire, mais ne pus bouger afin de le quitter. Mes yeux se noyaient dans les siens, incapables de faire autrement. Je devais avoir l'air totalement stupide, mais je ne pouvais m'empêcher de comprendre pourquoi les dieux avaient choisi cet être pour moi plutôt qu'un autre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bandon

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Mar 21 Juin - 18:34

La princesse Greta me fixait de ses yeux bleus parfaits. Ma demande ne faisait aucun sens, ce n'était pas aux princesses de mener les invités à leurs appartements, c'était aux rois ou aux serviteurs. Pourtant, elle acquiesça. Je devais me calmer, mon coeur allait littéralement transpercer ma poitrine.


- Suivez-moi Altesse, murmura-t-elle, d'une voix douce.


La belle me fit un sourire, passa devant moi et nous quittâmes l'atelier. Nous parcourûmes un labyrinthe de corridors, j'étais complétement perdu. Chez moi, le couple royal vivait dans une plus grande hutte, que les autres. Nous devions avoir passé près d'une quinzaine de chambres. Nous finnîmes par nous arrêter devant une porte, Greta ouvrit cette dernière et je fus acceuillis par un grand désordre. Mon âme soeur poussa un profond soupir.


- Je vais faire quérir des serviteurs, afin qu'ils la mettent en ordre, dit Greta.


Elle me fit une petit sourire, normalement, elle aurait dû s'en aller et me laisser seul avec moi-même. Ses yeux bleus se plongèrent dans mes yeux verts pâles. Soudainement, je me rendis compte qu'elle m'avait appelé Altesse. Je n'étais pas prince, du tout, je n'avais pas de titre ni méritait de me faire appeler Altesse. J'eus un petit sourire et fis une petite révérence.


- Merci, votre Grâce, dis-je, d'un ton doux. Mais, s'il-vous-plaît, ne m'appelez pas Altesse. Je ne suis pas prince.


Non, selon mon père, je ne méritais même pas d'avoir été reconnu comme son fils légitime. Mon regard se perdit dans le vide, en me remémorant l'humiliation. Je poussai un petit soupir. Je replongeai mon regard dans le sien, m'avançai doucement vers elle, pris sa main dans la mienne et y déposai un doux baiser.


- Si je peux me permettre, soufflai-je. Vous êtes d'une grâce et d'une gentillesse sans égal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greta

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Mer 6 Juil - 1:26

Mon non départ était-il malaisant ? Je pouvais le sentir. Mais je pouvais également sentir que nous étions en train de tomber amoureux l'un de l'autre. Comment cela se pouvait-il? Était-ce simplement à cause de la lumière des âmes soeurs qui nous percutait, ou alors était-ce nos deux personnes qui étaient entièrement faites l'une pour l'autre, et ce sans même nous connaître? Il était totalement impossible de le savoir. Et nous ne le serions jamais. Mais la douceur de son âme m'attirait vers lui, comme un simple aimant. Étant entourée de gens de caractère, de frères colériques et de soeurs extravagantes, je pouvais très rarement côtoyer des êtres de douceur. Il fallait dire que ça me percutait, en premier lieu, mais que ça me faisait également excessivement plaisir. Enfin, je n'étais plus seule. 


Bandon fit soudainement une petite révérence, par pure politesse, comme je le faisais moi-même. Nous avions été élevés ainsi, et c'était un simple automatisme. Malgré tout, tout ce respect incarnait une très belle histoire.


- Merci, Votre Grâce, entama-t-il alors. Mais, s'il-vous-plaît, ne m'appelez pas Altesse. Je ne suis pas prince.


J'eus envie d'éclater de rire à ses dires. Il était tout de même le fils du roi des Elfes, ce qui faisait de lui un prince. Cependant, son air subitement sombre m'en empêcha. Je ne comprenais pas très bien ce qui le rendait dans cet état, et je ne voulais pas m'infiltrer dans ses pensées afin de le savoir. Je ne souhaitais pas qu'il viole mon intimité de la sorte, alors je n'allais tout de même pas le faire. Lorsqu'il plongea son regard dans le mien, j'eus l'impression de lire en lui. Son passé n'était pas très rose, contrairement à moi. Il n'y avait eu que la mort de mon père, mais jamais je n'avais eu à vivre le rejet comme je pouvais le voir en lui.


Soudainement, il s'empara de ma main afin d'aller y déposer ses lèvres. Je fus surprise du geste, qui n'était pas du tout déplacé, mais plutôt très inhabituel pour moi. Ne sachant pas comment réagir, je restai muette et immobile, attendant qu'il parle.


- Si je peux me permettre, me chuchota le prince elfique d'une voix tendre. Vous êtes d'une grâce et d'une gentillesse sans égal.


Je lui souris avec tendresse, totalement sous le charme de ses manières. En ce moment, j'avais simplement envie de fermer la porte et de ne jamais appeler les serviteurs. Mais ce n'était pas du tout éthique. Ma mère ne permettait pas ce genre de relation. Du moins, pas avec ses filles. Ses fils pouvaient faire ce qu'ils voulaient. Baiser les femmes qu'ils voulaient, les mettre enceintes... Mais une princesse se devait de rester vierge jusqu'au mariage. Sinon, c'était le déshonneur complet. Du moins, c'était comme ça que ça se passait à Rubis.


- Vous l'êtes tout aussi, Bandon des Elfes, soufflais-je.


- Altesse? me parvint alors une voix derrière moi.


Je me retournai vivement, surprise de me retrouver face à deux soldats. Je leur souris, reconnaissant bien rapidement Elrick, un chevalier qui avait déjà demandé ma main à ma mère. Elle avait refusé, car elle savait fort bien que ce n'était pas le genre de vie que je voulais mener. J'avais la chance de n'être destinée à absolument rien. Alors pourquoi m'emprisonner dans une vie qui n'était pas la mienne? 


- Tout va bien, sire Elrick, dis-je alors. J'accompagnais simplement sire Bandon à sa chambre.


- Et bien vous y êtes, répondit-il sèchement. Faites quérir des serviteurs et laissez-le seul, comme l'exige le protocole.


Je fus surprise de sa façon de me parler. Je me tournai vers Bandon, afin de l'intimer au silence. Je ne voulais pas créer de conflit stupide dans ma maison. Elrick avait du sentir l'intérêt du prince à mon égard, et il souhaitait probablement le faire sortir de ses gonds afin qu'il soit expulsé du château.


Elrick fit un pas vers moi, s'approchant beaucoup plus près qu'il ne le devrait. Heureusement que Filipp n'était pas dans les parages... Il se pencha à mon oreille, alors que son compagnon soldat mettait la main sur la garde de son épée. Je fronçai les sourcils, tentant de comprendre ce qui se passait.


- Vous ne voulez pas m'épouser, mais vous vous entichez d'un elfe, me murmura-t-il alors. Vous aimez mieux ÇA, à moi?


Il avait dit la dernière phrase très fort, afin que Bandon l'entende. Je relevai fièrement la tête, croisant mes bras contre ma poitrine. Je plantai un regard dur dans le sien, ce qui était très rare de ma part. Il avait réussi à me mettre en colère. Bien sûr, je ne réagissais pas comme mes frères à ce genre de situation, mais lorsque mon regard se durcissait de la sorte, il était temps de se méfier. Jamais je ne serais violente, mais je savais m'imposer lorsque la situation le demandait. Heureusement, cela arrivait peu souvent.


- La race ne m'importe peu, sire Elrick, pestais-je alors. Je m'intéresse à l'âme, et elle est beaucoup plus semblable à la mienne que la vôtre. Maintenant, veuillez m'excuser.


Je me retournai vers Bandon, afin de l'entraîner avec moi dans un endroit beaucoup plus tranquille, mais j'entendis le bruit de deux épées qui sortaient de leur fourreau. Bien rapidement, j'avais une lame sur chacune de mes épaules, et le regard du jeune Elfe qui semblait se demander s'il devait intervenir. Jamais ils n'oseraient me faire du mal, je le savais. 


- Si vous ne respectez pas le protocole, nous avons le droit de vous ramener à l'ordre et de vous faire paraître devant votre frère, cracha-t-il avec arrogance.


- Le protocole m'interdit de me retourner? demandais-je en haussant un sourcil.


- Suivez-nous, Altesse, dit Elrick d'un ton neutre. Et vous aussi, oreilles pointues.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bandon

avatar

Messages : 4
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Sam 11 Fév - 21:30

Chez les Elfes, tout le monde avait le même caractère. Doux, observateur, analytique et peureux. La colère, la passion ou toute émotion forte était mal vue chez nous. Pourtant cette femme humaine, qui devrait vivre ses émotions à pleine vitesse, était d'une douceur infinie et portait des traits de caractères similaires aux miens.


Son sourire illumina mon univers, à ce moment, je décidai que j'étais sien pour l'éternité. Mais j'avais l'éternité et pas elle, je me devais donc lui prouver que je pourrais l'aimer jusqu'à son dernier souffle. Simplement rien n'était aussi facile, je n'avais pas le droit de tomber amoureux. Surtout depuis le presque accident diplomatique entre ma soeur, sire Nathan et mon père. Si le Roi Sylvestre les avait laissé se marier, c'était parce que le Chef des Chevaliers venait d'Ossantalt. Et après l'heureux événement et la fugue de sa fille, il s'était présenté chez moi, pour m'interdire de tomber amoureux d'une humaine...


- Vous l'êtes tout aussi, Bandon des Elfes, chuchota la princesse.


Comme j'allais soit l'entraîner dans ma chambre pour continuer notre conversation ou lui demander de me faire visiter son Royaume, je vis deux gardes marcher d'un pas rapide vers nous.


- Altesse, fit le plus grand des deux.


Mon corps se tendit de nervosité, puisque tout ce que je ressentais venant des deux soldats était du dégoût envers ma race et ... de la jalousie, provenant seulement de celui qui avait interpellé ma belle. Mon âme soeur se retourna, un sourire rassurant sur ses lèvres. Malgré cela, je restai en alerte.


- Tout va bien, sire Elrik, dit Greta, de sa voix douce. J’accompagnais seulement sire Bandon à sa chambre.


- Et bien, vous êtes, cracha le dénommé Elrik. Faîtes quérir des serviteurs et laissez-le seul, comme l'exige le protocole.


La princesse de Rubis se retourna vers moi, son regard m'intimant au silence. J'obéis, mais faillis sauter sur le garde, qui s'était approché de mon âme soeur beaucoup trop prêt à mon goût. J'entendis le rubéen chuhoter à l'oreille de la belle, alors que l'autre mastodonte portait sa main à son arme.


- Vous aimex mieux ÇA à moi?


Pardon?! Ma race était l'une des plus anciennes d'Enkidiev. Mon peuple était devenu héro de la deuxième guerre! Son commentaire fit bouillir le sang dans mes veines et me gonfla de colère. Je détestais le racisme. Ma douce releva la tête et croisa ses petits bras sur sa poitrine, sa posture lui donnant l'air d'une reine, même d'une déesse en colère. Je pouvais sentir cette dernière émaner de ma belle rubéenne. Aussi forte et justifiée que la mienne. Ce ne devait donc pas être un hasard que les Dieux nous destine l'un à l'autre.


- La race m'importe peu, sire Elrik, dit Greta d'un ton sec. Je m'intéresse à l'âme, et elle est beaucoup plus semblable à la mienne que la vôtre. Maintenant, veuillez m'excuser.


Ma belle princesse se retourna vers moi, comme elle allait m'entraîner vers un autre endroit, je vis avec horreur, les deux humains tirer leurs épées et poser les lames sur les épaules de ma douce. Sire Elrik pesta alors que si elle ne respectait pas le protocole, les gardes pouvaient la traîner devant son frère.


- Le protocole m’empêche de me retourner? défia Greta.


- Suivez-nous Altesse, grogna Elrik. Vous aussi, oreilles pointues.


Je m'avançai, j'en avais assez de me faire insulter et surtout de voir mon âme soeur se faire manquer de respect. Peut-être étais-je prince chez les Elfes, mais jamais je ne m'étais servis de mon titre, même que je ne reconnaissais pas ce titre. Je me redressai de toute ma hauteur et plantai un regard noir dans celui du soldat. Nous faisions la même taille, donc il ne me faisait pas peur.


- C'est comme cela, que vous vous adressez à un prince, sire, demandais-je en insistant sur le dernier mot.


L'homme trop fier se bomba le torse et soutint mon regard. Sa fierté serait sa perte.


- Je vous appelle comme je le veux bien, sire, pesta-t-il.


Avec toute son impolitesse, son manque de grâce et sa fierté, Elrik cracha à mes pieds. Je relevai un sourcil, pas impressionné du tout. Je repoussai les lames et me mis devant la princesse. Les deux se mirent à rire.


- Je vous brise en deux d'une seule main, Altesse, ricana le garde.


J'en doutais fortement, j'étais l'un des meilleurs combattants de mon peuple. Je n'eus pas le temps de répliquer qu'Elrik fonçait sur moi, sa lame pointée vers mon coeur. Je me tassai au dernier moment, sentant le côté de la lame taillader la chair de mes côtes. Mais l'adrénaline m'empêcha de m'en faire, je donnai un violent coup de pied derrière les genoux de l'humain, sortant ma dague et la pointant vers l'acolyte.


- Revoyez votre protocole, avant d'attaquer un prince ou quelqu'un qui a un rang plus élevé que vous, crachai-je.


Au même moment, je fus pris d'un étourdissement, je baissai le regard et vis ma tunique se tacher graduellement de rouge. Ma blessure devait être plus profonde, que je ne le croyais. Je reçus un fort coup à la tête, m'effondrai et perdis conscience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greta

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Sam 3 Juin - 19:42

Je savais bien que mon frère n'allait pas me poursuivre en justice pour l'insolence de ses soldats. Cependant, je n'aimais pas le fait de voir des épées près de mon cou. Comment ces hommes pouvait-ils menacer leur princesse de la sorte ? Je me concentrai afin d'envoyer un message télépathique à mon frère, mais comme je ne pratiquais jamais la magie, j'en fus totalement incapable. Je grognai intérieurement. Je savais que le fait de ne pas faire de magie faisait en sorte que mon jumeau cumulait mon énergie, et qu'éventuellement j'en perdrais mes pouvoirs, et je m'en fichais. Mais en ce moment, je me rendais compte à quel point cela pouvait être utile. 


Alors que les hommes s'obstinaient et que mon âme soeur se jetait devant moi afin que je ne sois pas blessée, j'en profitai pour me créer ma petite bulle afin d'appeler mon frère jumeau. 


« Emmett, j'ai vraiment besoin de toi, Elrick fait encore des siennes et menace l'un de nos invités. »


Je sentais son esprit dans le château, ce qui voulait dire qu'il serait ici d'un moment à l'autre. Alors que je me retournais vers Bandon, Elrick lui asséna un puissant coup sur la tête. Je hurlai de terreur, avant d'essayer de le rattraper avec le peu de force que je pouvais bien posséder. Je touchai alors un liquide chaud et visqueux, et je ne pus m'empêcher de crier en voyant le sang qui coulait. Une fois que je fus agenouillée au sol, je tentai de garder mon calme. J'illuminai mes mains d'une magie guérisseuse, mais rien ne se produisit.


- Vous n'êtes bonne à rien, pesta alors Elrick. Devenez ma femme, au moins vous servirez à faire le ménage. Et puis... Vous m'avez l'air bien serrée...


L'autre soldat éclata de rire, tandis que je me levais d'un bond. Je ne savais pas me battre, et je n'étais aucunement de nature agressive, mais je ne pus m'empêcher de frapper ce connard au visage. Habilement, il para mon coup, riant de moi. Je fronçai les sourcils, hurlant le nom de ma mère. Je ne parlais pas très fort. On m'entendait rarement. Mais je savais très bien crier. Tout le château m'avait entendue, puisqu'il était construit en hauteur et qu'il était très écho. 


- Greta? entendis-je Emmett crier.


Et je le vis finalement apparaître derrière Elrick. Ce dernier s'empressa de m'empêcher de parler en m'assénant un puissant coup de poing sur l'oeil, me projetant au sol, près de mon âme soeur. Jamais personne ne m'avait frappée auparavant. Et je sentais le mécontentement de mon frère. Ainsi que l'arrivée de ma mère et du reste de la garde royale. Et ma soeur... Ainsi que mes deux autres frères. Elrick serait fort probablement pendu pour ses agissements.


HJ/ J'ai ajouté plusieurs personnes au topic, à vous de décider si vous embarquez ou pas, votre présence ne sera pas très longue ! Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Emmett

avatar

Messages : 6
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Ven 7 Juil - 19:26

Ma mère était de plus en plus dépressive, depuis le fameux souper où Fil lui avait retiré le trône. Et ma pauvre maman s'était enfermée dans ses appartements, pour ne plus jamais en sortir. Sachant qu'elle était enceinte du dernier enfant de mon père et que mon frère ne prenait aucunement soin d'elle, je m'étais obligé à la visiter pour une bonne partie de chaque journée.


- Mère, vous devez sortir, soupirai-je, en serrant sa main dans la mienne.


Elle leva un regard triste vers le mien. Je savais que Filipp était son fils favori, elle adorait son aîné, le fait qu'il l'ignore la tuait à petits feux. Ma colère contre mon grand frère augmenta de plus en plus. Je le trouvais de plus en plus égoïste, selon moi, il ne méritait pas la couronne. Notre père détestait l’égoïsme et en l'étant, Fil déshonorait sa mémoire. Je me tournai vers la fenêtre, voyant le soleil tomber doucement. Je me levai, me préparant à partir manger, en posant un petit baiser sur le front de ma mère. Soudainement un cri aigu déchira le silence du château.


- Mais qu'est-ce... bredouilla ma mère.


Je fus envahi d'un sentiment de peur, mais pourtant, je n'étais pas en danger. Je sortis des appartements de ma mère, me dirigeant vers l'énergie de ma soeur, recevant par la même occasion un message télépathique. «Emmett, j'ai vraiment besoins de toi, Elrik fait encore des siennes et menace l'un de nos invités.» Je poussai un soupir, ce porc de soldat ne cessait d'essayer de conquérir ma jumelle. Ma mère lui avait toujours refusé la main de Greta. Je me concentrai sur ma jumelle et mon regard devint opaque, je voyais par les yeux de ma soeur. Le soldat venait de frapper un Elfe et s'approchait dangereusement d'elle. Je m'élançai dans le corridor, tournant le coin et vis ma soeur. Elrik riait, Greta criait.


- Greta!criais-je.


J'avançai vers le soldat, d'un pas décidé, ce dernier frappa ma soeur adorée. Je sentis que je n'étais pas seul, ma mère avait alerté la garde royale et le restant de notre fraterie. Mais Fil n'aurait pas le temps de prononcer un seul mot. Elrik était mort, depuis le moment où il avait levé la main sur Greta. J'étais à sa hauteur, quand je posai une main lourde sur son épaule. Je le retournai vers moi et lui enfonçai mon poing dans le nez. Je sentis les os de son visage se casser sous le cou.


- Frapper une princesse, Elrik? dis-je, hors de moi. Vous êtes tomber bien bas.


Je pris le soldat par la gorge, le plaquant au mur. Katy se faufila derrière moi, pour aider l'elfe à se relever et Jul prenait Greta dans ses bras.


- Tu es mort, depuis la seconde où tu as posé ta main dégueulasse sur ma soeur, lui crachai-je, en serrant mes doigts autour de sa gorge.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greta

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Dim 9 Juil - 14:55

Aussitôt que mon corps eut touché le sol sous l'impact du coup, Bandon s'était glissé jusqu'à moi. Mon oeil ne voulait plus s'ouvrir, mais je voyais bien son regard inquiet. Je lui souris, afin de le rassurer. Je pouvais entendre la rage de mon frère, qui ne se gênait pas pour frapper Elrick. Nous ne faisions pas beaucoup d'activités ensemble, puisque nous n'avions pas du tout les mêmes intérêts, mais je l'aimais tout de même du plus profondément de mon coeur. Parfois, je l'accompagnais même à la chasse afin d'être en sa compagnie, même si je détestais le voir tuer des animaux. De toute façon, c'était moi l'intrus dans cette famille. J'étais la princesse du royaume de la chasse, et la seule chose que je savais faire était peindre. D'ailleurs, j'étais la seule à ne pas manger de viande, et ma chambre n'était pas décorée par des cadavres d'animaux, tout à l'inverse du reste du château. 


- Frapper une princesse, Elrick? hurla alors Emmett. Vous êtes tombé bien bas. 


Je sentais mon coeur battre au niveau de mon oeil, au même rythme que la douleur augmentait. Mais je ne me plaignais pas. Ce n'était pas mon genre d'essayer de faire pitié, bien au contraire. Ma jeune soeur apparut près de moi, aidant Bandon à se remettre sur pied. Pour ma part, je me sentis soulevée. Je n'étais pas très lourde, et Julian m'avait levée comme si je ne pesais qu'une petite plume. Je cachai mon visage contre son torse, afin de ne pas voir ce que mon jumeau allait faire à Emerick. Je sentis la main de ma mère caresser mes cheveux, alors que mon frère m'emmenait loin de la scène. 


On me déposa alors contre un moelleux sofa, et je me rendis compte que nous étions dans l'un des salons royaux. Celui de ma mère, plus précisément. Bandon semblait être capable de se tenir sur ses deux pattes, tandis que ma soeur se jetait à genoux, près de moi. Je lui souris, tandis qu'elle passait une main magique au-dessus de moi. 


- Je vais bien, lui susurrais-je alors. Sire Bandon a beaucoup plus besoin de tes soins que moi. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Katya

avatar

Messages : 2
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Ven 14 Juil - 21:21

Je passais mon temps à l'extérieur des murs du châteaux, sans m'en rendre compte, je cherchais mon âme soeur. Celui qui me prendrait à cette longue vie d'ennui et de mépris, pour m'emmener vivre une simple, mais belle vie. Mon jumeau était revenu de Fal, complétement foudroyé par sa rencontre avec sa propre âme soeur, une dame de compagnie. Depuis, il ne rêvait que d'elle, sa belle Ophélia. Emmett était promis à son âme soeur lui aussi, cette peste de princesse Thalissa. Fil faisait comme bon lui semblait. Il ne restait que moi, la fille aînée, celle que mon père appelait sa joie.


Comme je rentrais d'une de mes marches anonymes, dans les villages, je sentis la peur de ma chère soeur Greta et l'urgence de mes frères. Je lançai ma cape grise à un serviteur, agrippai mes jupons et gravis l'escalier à la course. Je tournai dans le corridor des appartements royaux et fonçai dans ma mère, qui suivait mes deux frères, Emmett semblait hors de lui. Je compris immédiatement ce qui se passait. Elrik s'en prenait encore à Greta et cette fois-ci, il ne s'en sortirait pas.



***


Julian tenait Greta dans ses bras et me fis signe de le suivre, alors que je tenais l'elfe debout. Je suivis mon jumeau, en aidant le pauvre étranger à marcher. Nous entrâmes dans la chambre de ma mère, puisque c'était la plus près de nous. Jul posa Greta sur mon sofa et j'aidai l'étranger à s'asseoir aussi. Mais très vite, il se releva. Mère nous avait suivi de près, laissant le sort d'Elrik entre les mains de Filipp et Emmett. Je laissai l'elfe et me lançai à genoux près de Greta. J'illuminai ma paume et la passai sur elle, pour vérifier qu'elle n'ait pas subi de dommage interne, ce qui la fit sourire.


- Je vais bien, dit-elle, de sa voix douce. Sire Bandon a beaucoup plus besoins de tes soins que moi.


Je secouai la tête, ma soeur était ma priorité. Sire Bandon passerait après. Je sauvais ma famille en premier et le continent après. Je pris son menton entre mes doigts, la forçant à me regarder. J'illuminai de nouveau ma main et la plaçai contre son oeil blessé, doucement la lumière fit disparaître l'ecchymose et répara tout ce qui était brisé. Si au moins j'avais pu faire cela pour papa...


- Et voila, Greta, lui dis-je tendrement.  Comme neuve.


Papa disait cela aussi, lorsqu'il pansait nos plaies. Papa me manquait terriblement, peut-être plus que les autres, car j'étais toujours dans ses bras. Je me levai et me dirigeai vers le dénommé Bandon, lui fit une révérence.


- Je suis la princesse Katya de Rubis, je vais vous examiner.


Je passai une main lumineuse au-dessus de son corps, guérissant toutes ses blessures. Elrik l'avait bien amoché, mais de ce que j'avais vu du soldat de Rubis, sire Bandon l'avait aussi eu quelques fois. L'elfe tenta de se diriger vers ma soeur, mais ses jambes étaient encore bien faibles, je le rattrapai et l'assis dans un fauteuil en face de Greta. Aux regards qu'ils se jetèrent, je compris tout tout de suite.


- Vous êtes âmes soeurs, m'exclamai-je.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Greta

avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 14/04/2016

MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   Sam 29 Juil - 11:27

Évidemment, Katy ne m'écouta pas. J'étais peut-être souvent à l'écart de ma famille, puisque je parlais peu et que je restais souvent dans mon atelier, mais ça ne les empêchait pas de m'aimer à la folie et de vouloir absolument tout faire pour m'aider et me sauver. Je ne pouvais pas le lui reprocher, puisque je ferais la même chose pour elle. Si j'en étais capable... De toute façon, entre soeurs, nous nous devions de nous soutenir. Récemment, j'avais appris à passer plus de temps avec elle. En fait, c'était depuis la mort de mon père. J'avais compris que la vie n'était pas éternelle, et qu'il fallait profiter de la présence de nos proches tant qu'elle nous était accordée. Je prenais donc souvent le thé avec Katya, et j'assistais aux entraînements de mes frères. J'aidais quelque peu Filipp à comprendre la politique, et ma mère à se remettre sur ses deux pieds. En fait, j'essayais de lui trouver un nouveau prétendant, mais elle ne semblait pas prête à vouloir revivre l'amour. Je ne lui en voulais pas. Elle voulait prendre soin de ses enfants maintenant, et faire de Filipp un roi fantastique. Malheureusement pour mon frère, il ne voyait pas les intentions de ma mère de la même façon... 


Alors que Katy me forçait à la fixer, elle passait une main guérisseuse sur mon oeil. Je sentis mes os se réparer et la douleur s'envoler. Je lui souris en guise de reconnaissance, mais je me sentais toujours quelque faible. C'était probablement du aux émotions que je venais de vivre. Je n'étais pas la plus forte de ce côté. 


- Et voilà Greta, comme neuve, me dit ma soeur d'une voix maternelle. 


Mon sourire disparut soudainement, tandis que j'imaginais notre père en train de nous dire cela lorsqu'il pensait nos blessures, étant plus jeunes. Ma soeur se releva alors, afin de se diriger vers mon âme soeur. Julian s'empressa alors de me prendre dans ses bras, posant un tendre baiser contre ma chevelure. Je me blottis dans ses bras, profitant de sa chaleur. Il était peut-être mon frère plus jeune, mais il avait toujours agi comme un grand frère à mon égard. Comme un vrai homme. 


Après quelques minutes, mon frère me relâcha, et je me permis de jeter un coup d'oeil vers Bandon. Il semblait bien mieux maintenant. Je lui fis un sourire, tandis que son aura blanche me demandait seulement de me diriger vers lui et de me jeter dans ses bras. Mais je n'étais pas capable de faire cela. Je n'avais jamais été facile, et ce ne serait pas plus le cas avec mon âme soeur. Heureusement, il semblait être quelqu'un de très respectable. Les dieux ne choisissaient jamais sans raison. Je leur faisais donc totalement confiance. 


- Vous êtes âmes soeurs ! s'exclama alors ma jeune soeur.


J'écarquillai les yeux, incapable de répondre quoi que ce soit. Ma mère s'empara donc du bras de Katya et de Julian, afin de les traîner à l'extérieur, me laissant complètement seule avec Bandon. Je restai donc silencieuse, incapable de dire quoi que ce soit. Je finis par baisser la tête, quelque peu honteuse de la situation. 


- Veuillez me pardonner pour le comportement ingrat d'Elrick, soufflais-je d'une voix à peine audible.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une exposition inoubliable (reprise)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une exposition inoubliable (reprise)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Exposition Manet
» Exposition Dragons...
» Pendant les travaux, l'exposition continue (Lucia)
» un été inoubliable
» Exposition Tim Burton

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chevaliers d'Émeraude :: Enkidiev :: Royaume de Rubis-
Sauter vers: